légereté soutenable

02 février 2010

"Passagère du silence"- Fabienne Verdier


Passagère du silence- Fabienne Verdier


Grand prix littéraire des lectrices 2004- Albin Michel-

C'est un moment de bonheur- Une écriture tendre et émouvante...
Je vous livre quelque passages que j'ai noté au fil des pages,  en déchirant les bous de papier ; Je l'ai dévoré, et j'aimerai y être encore. Je l'ai lue à voix haute à mon ami, qui avait quelques difficultés à comprendre la passion qui m'animait à la lecture de ce récit... finalement, il est rentré dans l'histoire.

"Il voyait tout ; il voyait que je n'avais pas encore atteind ce que pouvait contenir cette matrice qu'est le trait.  .. .  pendant des mois , je me suis exercée encore et encore, et un jour miracle, mon trait était parfait ! Nous avons fêté ma réussite: il m'a invitée au restaurant, puis à l'opéra. "Ce soir je bois s'est t-il écrié. Tu a saisi la base. nous allons pouvoir passer aux autres traits. Nous irons beaucoup plus vite. Le premier pas est le plus difficile. ENSUITE ON PEUT PARCOURIR DES INFINIS;

Il m'interdisait de peindre sans avoir à l'esprit , le roulement du tonnerre, le déferlement de la vague, ou le cailloux qui dévale. " Ils doivent être présent dans ton esprit avant que tu poses ton pinceau sur le papier. sans celà , tu ne parviendras pas à les traduire. ....

Je n'en pouvais plus de travailler avec de l'encre noire, et je lui ai demandé si je pouvais égayer d'un peu de couleur mes exercices.
-Non seulement tu ne va pas mettre de couleurs, mais tu vas encore travailler le noir pendant des années.
-C'est difficile , mais fais moi confiance, Lorsqu'au bout de quelques années , tu viendras à la couleur, ton interprétation de la lumière sera d'une richesse bien plus précieuse...le noir est le révélateur premier de la lumière dans la matière...

Tout est dans la juste mesure des oppositions. En occident, vous aimez les extrèmes; pour vous le juste milieu est synonyme de fadeur. Pour nous les chinois, le juste milieu , c'est d'épouser la vie , la paix. L'harmonie de la nature est basée sur le juste milieu.

iL s'agit de suggérer sans jamais montrer les choses, disait le maître, L'ineffable en peinture naît de ce secret: la suggestion.
... " c'est dans l'inachevé qu'on laisse la vie s'installer. Si on tente d'achever le tableau, disait le maître, il meurt.





Posté par ahez à 19:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 décembre 2009

froid et chaud

L'hiver, c'était dimanche comme il est doux de se réveiller dans le blanc, de s'embrasser  en famille, on est bien.

De partager et d'échanger des regards chaleureux... "Que c'est bon, c'est si bon" , comme dans la chanson, de revoir les cousins, les cousines , les oncles et les tantes, de se retrouver un peu,  encore,  "petit"...  l'espace d'une journée; De parler de Noêl, à Loudéac, de grand-père et Mamie, ce temps ou l'on croyait encore au Père Noêl.

C'était dimanche, le 20 décembre,  à keranconan  c'était le tour de ma mère, d'accueillir trois générations-

Alors le temps s'arrête, le passé et le présent se mélange; L'automne cède la place à l'hiver, au renouveau qui va arriver, à toutes les nouvelles pousses dans les arbres; Aux fleurs qui pointeront en février. Au projets qui vont naîtrent, aux idées nouvelles, à l'année 2010.

Joyeuses fêtes à tous, que l'amour et la paix règne dans vos maisons , au sein de vos familles, que personne n'aie froid ! Ni au corps , ni à l'âme...

Posté par ahez à 12:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 novembre 2009

Barbara-

J'apprends cette nouvelle chanson, difficile la mélodie... mais celà va mûrir ! EXTRAIT

"Du plus loin qu'il me revienne
L'ombre de mes amours anciennes
Du plus loin du premier rendez-vous
Du temps de mes premières peines

Lors j'avais quinze ans a peine
Coeur tout blanc et griffes aux genoux
Que ce fût j'étais précoce
De tendres amours de gosse
Ou les morsures d'un amour fou

Du plus loin qu'il m'en souvienne
Si depuis j'ai dis "je t'aime"
Ma plus belle histoire d'amour c'est vous

C'est vrai je ne fût pas sage
Et j'ai tourné bien des pages
Sans les lire blanches
Et puis rien dessus
C'est vrai je ne fût pas sage
Et les guerriers de passage
A peine vus déjà disparus

Mais a travers leurs visages
C'était déjà votre image
C'était vous déjà et le coeur nu
Je refaisai mes bagages et
Poursuivai mon mirage...

Posté par ahez à 09:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 octobre 2009

face book/ myspace-

Légère et créative, je suis là aussi.


Posté par ahez à 12:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]

3 JUIN 2009

Depuis le 3 JUIN , pas un mot  ICI...SILENCE;

C'était un silence, nécessaire  , c'est bon de revenir, et de taper des mots sur le clavier,

lègeres sont les lettres, voyelles et consomnes dansent dans ma tête,

comme les notes du piano de Henry.

Ecrire , c'est s'envoller, c'est sautiller, c'est jouer, comme les châtons dans les rayons du soleil, le matin , rue de haute bretagne.

Comme c'est doux, de glisser des idées sur le clavier. peu-être vais je changer un peu la déco du blog

aH ! oui, un nouveau projet, qui me fait VIREVOLTER
Jevais faire des lectures publiques de livres que j'ai aimé,et ceci avec Nathalie et Fiorinda. J'ai hâte que ça commence...
Je vous tiend informé ;-))

Posté par ahez à 11:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 juin 2009

Pizza


Forêt de bois sculptés
Amarés, érigés

le coeur de la criée
soleil et crustacés

La phrase inachevée
Et le soleil couché

Forêt de bois sculptés
et couverts bien dressé

La mer a picoré
la mère à tout mangé

La mer a picoté
Voyage et vent salé

Le vent s'en est allé
Et Aline à crié

Et à la nuit tombée
Elle s'est mise à chanté


Posté par ahez à 15:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Lire au jardin ou à la maison

"Une heure de sommeil en moins" C'est le nouveau livre d'Hervé Bellec. Ce sont les mots de billet 2.
Extrait:

Pors-Beac'h

Pors-Beac'h est un port de pêche tout riquiqui situé au fin fond de la rade de Brest. Soyons honnête , c'est aujourd'hui plus un port de plaisance qu'autre chose, même s'il reste quelque coquillers pour racler la vase ainsi qu'un parc ostréicole suffisamment vaste pour justifier la présence d'une petite usine de conditionnement. J'ai vécu non loin de là une quinzaine d'années et, malgré les soubresaults dont cette chienne de vie a le secret, je crois pouvoir affirmer que ce fûrent des années assez heureuses. Quand arrivaient les beaux jours, les gosses allaient se baigner dès le retour de l'école et je ne compte pas le nombre de fois ou j'ai dû les arracher à la flotte pour qu'ils remontent à la maison prendre leur goûter et faire leurs devoirs.



Posté par ahez à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mars 2009

C'est dimanche-

Que c'est bon de revenir ici...
Qu'il est doux de le dire

Ecrire ?

écrire pour rire
Pour vous séduire
Et pour vous dire

Que je suis ivre
Que je suis ivre

De vous le dire !



Posté par ahez à 11:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 décembre 2008

" Eloge de l'ordinaire " Barbara Ban Breathnach, Idée pour Noêl


Une union secrète

Quand la fin approchera, je voudrais pouvoir dire que toute ma vie, j'ai été mariée à l'étonnement. Que j'ai aussi été l'époux, étreignant le monde entre mes bras.

Mary Olivier




J'en ai déjà parlé ici, ce livre me tiens chaud, il est écrit avec gourmandise ( nombreuses recettes de cuisine ) Un cordon vermillon permet  de relire , de conserver, la page qui vous plaît . La maxime ci-dessus concerne le mois de Novembre.

( ...)


En introduction , dans les Remerciements,   
Jean Cocteau;

Ecrire est un acte d'amour
S'il ne l'est pas, il n'est qu'écriture


L'auteur comtemple,   les  cadeaux que la vie nous donne .
D'ailleurs elle croit toujours au Pere Noel, entre les lignes, à la page 526, elle écrit,

"Croire au père Noêl "

Il semble m'être arrivé exactement le contraire de ce que la plupart de mes amis ont vécu. Plûtôt que de diminuer graduellement au fil des années, la place qu'occupe le Père Noêl dans ma vie n'a cessé e s'accroître jusqu'a devenir omniprésente.

Je conclue , et reprend une phrase entendue sur France Inter," La vie est belle et c'est tant mieux ".








Posté par ahez à 14:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 novembre 2008

Chanson Nouvelle


Pour Phillipe MARLU-




Em gibell zo ur vorganez
Ur vorganez o kouronkan, ur vorganez o tiskanan
Kanaouennou an dud a vor
A boan gwisket, gant eonenn
En em flour gant un tamm soavon
O teskin din e zoareou
Ha douster he c'hanaouennou

O tistrein deus mor komodo
Harpet ouzh kof ur c'hargo
War ribl an dour m'a pesketaet ur vorganez deus ar c'haeran.
Miret am eus anezhi ganin me
E lec'h leuskel 'nezhi barzh an dour
Digaset 'nezhi em ziig plouz

Ur groc'henn tener zo ganti
Lavaret zo bet se din me
Lavaret zo bet din ivez , eo arabat selaou anezhi
Koulskoude eo gwir an dra se
E troan sot gant he genou

N'on ket mestr ken war vourzh ar vag
Pa glevan anezhi o kanan, o kanan en dour o strinkan
Donvaet m'eus 'nezhi gant flouradenn, gant flouradenn
ma vanegenn

Met pa glaskan he muzellou
E riskl he gorf tre ma daouarn
Pellaad a ra diouzhin neuze
HA strinkan dour a ra warnon
Yac'h vel ur pesk mont a ra kuit
Em gibell dindan ar spoum gwenn
Koulskoude n'eo ket ken diaes

Mont a ra kuit en ur neuial
Etrezek bro ar Marigot
Hag me neuze zo dilezet
O redek war lec'h ar c'hregin
Gortoz a ran teufae en dro
Gant ar mor  bras, my bonnie

Hag me kabiten Abrobin
En em c'houlenan hirie c'hoazh daoust hag kanaouenou
Morgan a gustumm kaout na pen na lost

Posté par ahez à 13:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]